Histoire

Dans les années 1930, quelques scientifiques ont effectué des recherches sur les effets des ondes électromagnétiques sur la santé humaine. En France, Georges Lakhovsky a développé un « oscillateur à ondes multiples » et l’a utilisé pour guérir le cancer – un développement qui a été bien documenté.  Guglielmo Marconi, un des contributeurs les plus connus au développement des radiocommunication, se soignait avec des exposition à des ondes courtes.

 

santé et ondes électromagnétiques, lakhovsky

santé et ondes électromagnétiques, lakhovsky.

lakhovsky ondes electromagnetiques

lakhovsky ondes electromagnetiques

Toutefois, il n’existait aucune explication fiable aux effets observés. L’idée que les ondes électromagnétiques puissent affecter la santé humaine rappelait les magnétiseurs et autres vieux ennemis de la médecine « conventionnelle ». Après la deuxième guerre mondiale, la médecine électromagnétique tomba dans un discrédit total.

Parallèlement, les communications Hertziennes se développèrent. Des recherches sur les dangers des micro-ondes eurent lieu en Union Soviétique dans les années 1970. Dans les années 1980, des chercheurs américains montrèrent que les ondes électromagnétiques pouvaient perturber la reconnaissance des cellules cancéreuses par les lymphocytes. Mais ce n’est qu’après la généralisation de la téléphonie mobile dans les années 1990 que l’opposition à l’exposition aux ondes électromagnétiques se développa dans la population, notamment du fait des multiples symptômes décrits par les personnes vivant à proximité des stations de base de téléphonie mobile.

La certitude du courant scientifique majoritaire était que les ondes électromagnétiques à basse puissance n’avaient aucun effet sur la santé humaine, et cette certitude restait toutefois plus forte que les résultats expérimentaux qui s’accumulaient progressivement.

Avec le temps, cette certitude était devenue une « Doctrine de l’Innocuité des Ondes Electromagnétiques », avec l’apparence extérieure d’une approche scientifique solide et irréfutable. Pour comprendre la physique fondamentale qui sous-tend la présente controverse entre la Doctrine de l’Innocuité des Ondes et l’approche basée sur les Transitions Stimulées par les Ondes Electromagnétiques, sur laquelle est basé ce site web, vous pouvez télécharger le document suivant:

La Doctrine de l’Innocuité des Ondes Electromagnétiques, comparée aux Transitions Stimulées par les Ondes Electromagnétiques.

Toutefois, un groupe minoritaire de scientifiques continua à défendre une attitude rationnelle: observer, obtenir des données expérimentales reproductibles, accepter le fait que ces données reproductibles sont correctes bien que non expliquées, sachant que ce n’est qu’à partir de ce point que des explications pourraient être trouvées. Un autre groupe de scientifiques, peut-être la majorité de ceux directement impliqués, concluait presque systématiquement chaque publication par une phrase du type « globalement, nous n’avons pas observé d’effets négatifs des ondes électromagnétiques », mais rapportait néanmoins avec fidélité les résultats obtenus. Ces conclusions vagues rendirent difficile l’identification postérieure de ces articles, néanmoins ce second groupe de scientifiques a produit de nombreux résultats expérimentaux exploitables. Les deux groupes ont contribué à l’avancement de la science et l’avancée scientifique sur laquelle est basé ce site web n’aurait pas été possible sans eux.

Bien que les effets des ondes électromagnétiques à faible puissance sur des systèmes biologiques soient bien documentés sur le plan expérimental, jusqu’à récemment ils n’étaient pas bien compris. La raison en est qu’un aspect fondamental avait été ignoré: la plupart de ces effets sont dus à la stimulation par des ondes électromagnétiques de transitions entre différentes conformations de protéines ou d’autres sous-systèmes biologiques. Ces transitions sont analogues aux transitions entre deux états d’une molécule dans un Maser (Laser Micro-ondes). Elles répondent aux lois de la physique quantique, qui est la branche de la physique applicable aux atomes et molécules. Des conformations différentes d’une protéine ont des fonctionnalités biologiques différentes, donc les transitions stimulées entre conformations se traduisent par diverses perturbations.

Ce site web été réalisé suite à l’avancée scientifique constituée par l’identification du mécanisme de base de l’interaction des ondes électromagnétiques avec les systèmes biologiques, pour permettre aux personnes intéressées de comprendre la nature  et les conséquences des principaux effets identifiés des ondes à faible puissance, c’est-à-dire à des puissances auxquelles le public est soumis de manière habituelle.