Magnétisme animal

Franz Anton Mesmer (1734-1815) proposa une interprétation matérialiste du magnétisme animal.

Le “magnétisme animal” désigne une interaction entre êtres vivants qui se produit sans contact physique et qui est le plus souvent utilisée pour guérir des maladies. Il peut se référer par exemple au travail de certains « guérisseurs » ou « magnétiseurs ». Historiquement le magnétisme animal était, dans la plupart des cultures, mêlé de manière indissociable à des croyances de type religieux, toutefois la tendance à séparer sa pratique matérielle du système de croyances apparut relativement tôt en Europe. Le médecin allemand Franz-Anton Mesmer, qui s’installa à Paris en 1778, en donna une interprétation essentiellement matérialiste : il attribua le magnétisme animal à un « fluide physique subtil ». Le magnétisme animal devint alors un objet d’étude scientifique, beaucoup étudié jusqu’à ce que des interdictions et rejets successifs en viennent à bout. L’étude du magnétisme animal est donc largement antérieure à la découverte des ondes électromagnétiques. Le terme « magnétisme » se référait au magnétisme d’aimantation qui était déjà connu à l’époque et était l’action à distance la plus facilement constatable. Le magnétisme animal regroupe plusieurs types d’interactions. Sa branche « hypnose », bien que n’ayant pas reçu d’explication satisfaisante, a finalement été intégrée par la communauté scientifique. Sa branche strictement médicale (guérison de maladies) est restée fermement rejetée. Excepté pour l’hypnose, l’étude scientifique du magnétisme animal a été largement ruinée par son rejet par la science « officielle », mais il existe malgré tout quelques études récentes sur le sujet. Il s’agit en tout état de cause d’un sujet difficile et controversé.

Le lecteur attentif de ce site web aura sans doute remarqué que les ondes électromagnétiques ont des effets à très faible puissance et à grande distance qui permettent de guérir ou au contraire de favoriser des maladies. Ces ondes électromagnétiques à faible puissance ont donc des effets proches de certains effets observés dans l’étude du magnétisme animal, bien qu’étant produites par des dispositifs artificiels. Le lecteur attentif aura également noté que l’explication physique de ces effets implique qu’en temps normal l’immunité dépend des ondes électromagnétiques « naturelles » et peut donc être influencée par ces ondes. Il y a donc peut-être un lien entre le « fluide physique subtil » auquel se réfère Mesmer, et des ondes électromagnétiques naturelles. En ce sens, la théorie développée sur le présent site constitue un argument en faveur de certains aspects du magnétisme animal. Ce lien entre le magnétisme animal et les ondes électromagnétiques naturelles est toutefois une hypothèse qui n’est pas développée en détail sur le présent site. En effet l’étude théorique du magnétisme animal dans le cadre de la physique moderne, bien que réalisable, n’est pas indispensable compte tenu des objectifs du présent site.