Maladies virales – les faits en bref.

Au 20e siècle, la plupart des maladies qui avaient décimé les populations pendant les siècles passés ont été vaincues. La Peste, la Tuberculose, le Choléra et la Syphilis furent pratiquement éliminés dans les pays développés par l’utilisation des antibiotiques et une meilleure hygiène. La variole fut éradiquée par la vaccination.

Contrastant avec ces progrès majeurs, plusieurs maladies virales particulièrement meurtrières émergèrent, qui avaient été inexistantes, rares ou bénignes au cours des siècles passés: la Poliomyélite, la grippe pandémique de 1918, et le SIDA.

 

La Poliomyélite devint une épidémie annuelle aux Etats-Unis à partir de 1907, atteignant son maximum en 1952 avec pour les seuls Etats-Unis 60 000 cas annuels dont 20 000 paralysés et 3 000 morts. La Poliomyélite existait avant le 19e siècle mais était rare et non épidémique.

La grande pandémie grippale de 1918 aurait tué environ 3% de la population mondiale. Des épidémies de grippe ont toujours existé mais celle de 1918 fut exceptionnelle par son taux de mortalité et par le fait qu’elle tua principalement des adultes jeunes.

Le SIDA est une maladie entièrement nouvelle, qui jusqu’à l’introduction des antirétroviraux tuait pratiquement toutes les personnes infectées. En 2010 il y avait 1.8 millions de morts annuels et environ 35 millions de personnes vivant avec le SIDA (mondialement).

 

Ces changements étaient exceptionnels, et des changements d’importance comparable ayant eu lieu par le passé laissaient généralement des traces. Par exemple les changements épidémiologiques qui ont suivi la découverte de l’Amérique ont été décrits et leur origine est bien comprise.

Mais, au contraire des changements qui suivirent la découverte de l’Amérique, les changements épidémiologiques du 20e siècle ne sont toujours pas compris. Parce que les ondes électromagnétiques interagissent avec le système immunitaire et parce que ces changements épidémiologiques sont apparus après le début des émissions artificielles d’ondes électromagnétiques. il est légitime de suspecter que ces changements épidémiologiques sont dûs partiellement ou en totalité à l’exposition aux ondes électromagnétiques.

Cette question ne révolutionne pas la science. La Poliomyélite, la grippe pandémique ou le SIDA sont des maladies virales, « causées » par des virus. Mais les faiblesses du système immunitaire causées par l’exposition aux ondes électromagnétiques peuvent favoriser certains virus, qui peuvent ensuite muter pour optimiser leur viabilité en présence d’ondes électromagnétiques. L’exposition aux ondes électromagnétiques radiofréquences est un changement environnemental majeur auquel les virus peuvent s’adapter beaucoup plus rapidement que les humains.

Toutefois, suspicion n’est pas certitude. Pour obtenir des certitudes ou quasi-certitudes, des études complémentaires sont nécessaires. Les études suivantes sont disponibles sur ce site web:

La Poliomyélite

Le SIDA.